PROCÉDURE DE TRANSFUSION EN URGENCE VITALE

CHRA – Réanimation médicale Classeur Hémovigilance Procédure P version 01
21/11/2002
Rédaction : Dr Didier DOREZ
Vérification : Dr Pascale LACOMBE
Approbation : CHST

OBJET DOMAINE D'APPLICATION
BUT DIFFÉRENTES ÉTAPES : 
Décision de la transfusion en urgence vitale
Rôle du médecin responsable du patient
Rôle de l’IDE responsable de la réalisation de la transfusion en urgence vitale
Rôle du brancardier
Transfusion en PSL isogroupe
Le suivi de la transfusion
Le dossier transfusionnel
DÉFINITION

Document PDF (19 Ko) pour impression

Pour visualiser les fichiers au format PDF, il faut disposer du logiciel Acrobat Reader®. Vous pouvez le télécharger gratuitement ici 

1 - OBJET :

Décrire les différentes étapes de la transfusion de PSL dans le cadre de l’urgence vitale.

Haut de page

2 – BUT :

Procéder en toute sécurité et le plus rapidement possible à toutes les étapes conduisant à la transfusion de PSL compatibles, isogroupes ou O négatif sans compromettre les transfusions ultérieures.

Haut de page

3 – DÉFINITION :

L’urgence vitale est la situation dans laquelle le patient doit être transfusé immédiatement pour sa survie sans attendre les résultats des examens immuno-hématologiques, avec donc un risque de conflit immuno-hématologique.
Ceci correspond à toutes les situations de choc hémorragique de causes traumatiques ou médicales.

La boîte d’urgence vitale contient :

5 concentrés globulaires au maximum O négatif C- E- K- sans hémolysine
5 cartes et kits de contrôle prétransfusionnel
5 transfuseurs
1 bon de prescription de PSL vierge
1 sachet plastique (pour les poches transfusées)
1 boîte à aiguilles

L’EFS note la date, l’heure de départ de la boîte.
La boîte d’urgence vitale contient 5 CG, le médecin peut cependant décider de commander moins de 5 CG s’il évalue les besoins transfusionnels inférieurs à 5 CG.
L’EFS en sera informé lors de la commande de la boîte d’urgence vitale.

Haut de page

4 – DOMAINE D’APPLICATION :

Le SMUR, le SAU et le déchocage.
Tous les personnels médicaux, paramédicaux, internes, sous la responsabilité d’un docteur en médecine.

Haut de page

5 – LES DIFFÉRENTES ÉTAPES DE LA TRANSFUSION EN URGENCE VITALE :

5-1 – Décision de la transfusion en urgence vitale :

La décision est prise par le médecin réanimateur, urgentiste, anesthésiste, médecin responsable du patient.
Cette décision est transmise immédiatement à l’IDE en charge de la transfusion du patient.

5-2 – Rôle du médecin responsable du patient :

Décide de la mise en route de la procédure de l’urgence vitale et définit le degré de l’urgence vitale : urgence vitale immédiate avec commande de la boîte d’urgence vitale, urgence vitale avec attente possible des premiers résultats immuno-hématologiques (groupe phénotype) et transfusion en PSL isogroupe.
S’assure de l’identité du patient et décide d’une identification alphanumérique si identité incomplète ou incertaine
Identité complète : nom, prénom, nom de jeune fille, date de naissance.
Vérifie si une carte de groupe valide est disponible. Le patient doit être conscient pour confirmer son identité.
Précise le sexe, l’âge approximatif
Établit un bon de prescription en cas de commande de culot isogroupe (attente résultat du groupe sanguin ou carte de groupe valide) en mentionnant sur le bon URGENCE VITALE (case urgence vitale sur le bon de prescription).
S’assure du passage le plus rapide possible en transfusion isogroupe

Haut de page

5-3 – Rôle de l’IDE responsable de la réalisation de la transfusion en urgence vitale :

Aide le médecin à la recherche de l’identification du patient
Réalise la mise en place d’une identification alphanumérique (bracelet d’identification) si besoin
Aide le médecin à la recherche d’une carte de groupe sanguin valide
Prévient l’EFS (poste 49-22) de la mise en route d’une procédure d’urgence vitale et transmet les informations suivantes :
Lieu de l’urgence vitale
Le degré d’urgence vitale : urgence vitale immédiate avec demande boîte urgence vitale ou urgence vitale avec attente du résultat de la détermination du groupe sanguin
Identité du patient si certaine, ou signale l’absence d’identité
Sexe et âge approximatif
Existence d’une carte de groupe et nombre de détermination
Prélève les examens immuno-hématologiques prétransfusionnels
2 tubes citratés (bouchon bleu) pour une détermination de groupe et de phénotype
2 tubes secs (bouchon rouge) pour RAI et sérothèque

En cas d’impossibilité technique, on essayera au minimum de prélever un tube citraté et un tube sec.
Deux déterminations de groupe phénotype seront si possible réalisées par deux IDE différentes.
La première détermination est souvent prélevée en pré-hospitalier par le SMUR.

Identifie les tubes d’examens (étiquette ou identification manuscrite) en notant l’examen demandé
Remplit la demande d’examen immuno-hématologique en précisant URGENCE VITALE sur le bon, note si le patient a déjà reçu des culots globulaires avant le prélèvement
Alerte le brancardier (BIP 199) de la mise en route d’une procédure d’urgence vitale
Confie les tubes de prélèvement des examens pré-transfusionnels avec le bon de demande d’examen, la carte de groupe si disponible, au brancardier qui les achemine le plus vite possible à l’EFS.
Réceptionne la boîte d’urgence vitale ou les CG isogroupes remis en main-propre par le brancardier
Effectue la transfusion selon la procédure habituelle avec vérification ultime

Cette vérification ne doit pas montrer d’agglutination pour les concentrés globulaires, le contrôle malade et poche peut par contre être différent puisque la transfusion peut être non isogroupe.
Penser à prélever la 2e détermination de groupe avant de passer les poches si la 2e détermination n’a pas pu être prélevée au préalable.

informe l’EFS du transfert du patient au bloc opératoire ou dans d’autres unités du CHRA
informe l’EFS de toute commande supplémentaire de PSL, cette commande sera transmise à l’EFS avec un bon de prescription avec mention URGENCE VITALE.

AU SEIN DE L’ÉTABLISSEMENT DE SOIN, UNE SEULE PERSONNE DOIT ÊTRE RESPONSABLE DE LA COMMANDE DE PSL A L’EFS, POUR ÉVITER QU’UNE MÊME COMMANDE SOIT RÉCLAMÉE PLUSIEURS FOIS, ENTRAÎNANT UNE CONFUSION DANS LA DISTRIBUTION.

5-4 – Rôle du brancardier :

Se tient disponible dès la connaissance d’une urgence vitale par l’IDE (BIP 199)
Achemine les tubes d’examens immuno-hématologiques, les bons d’examens, la carte de groupe si disponible, à l’EFS
Récupère la boîte d’urgence vitale à l’EFS ou les CG isogroupes
Remet la boîte d’urgence vitale ou les CG isogroupes en main propre à l’IDE responsable du patient
Reste à la disposition de l’IDE pour toute nouvelle commande de PSL 

Haut de page

5-5 – Transfusion en PSL isogroupe :

La transfusion isogroupe doit prendre le relais de la transfusion en culots globulaires O négatif le plus vite possible, dès réalisation des examens immuno-hématologiques par l’EFS qui aura été prévenu de l’urgence vitale au préalable.

En moyenne, dans de bonnes conditions, il faut :

15 minutes pour 1 détermination de groupe
35 minutes pour 2 déterminations de groupe avec phénotype
45 minutes pour 2 déterminations de groupe avec phénotype et RAI

L’EFS prévient par téléphone l’IDE ou le médecin en charge du patient :

de la disponibilité des résultats des examens immuno-hématologiques réalisés en urgence
de la possibilité de transfuser en culots globulaires isogroupe phénotypés

La prescription des PSL est alors faite par le médecin selon la procédure habituelle.

Haut de page

5–6 – Le suivi de la transfusion :

La traçabilité est assurée par l’IDE qui colle sur le bon de prescription l’étiquette du PSL (une étiquette sur le feuillet rose et une étiquette sur le feuillet jaune) en mentionnant la date et l’heure de la transfusion et s’identifie.
Le médecin ou l’IDE sous la responsabilité du médecin, complète le bon de prescription avec l’identification du patient, du médecin prescripteur, la mention URGENCE VITALE, la signature du médecin si techniquement possible.
L’IDE en charge de la transfusion s’assure du retour à l’EFS, du bon de prescription complet avec la traçabilité des PSL, de la boîte d’urgence vitale.

 Les poches transfusées sont gardées 4 heures avant d’être jetées en l’absence d’incident transfusionnel

Les poches non transfusées sont retournées à l’EFS avec la boîte d’urgence vitale

SI LES POCHES NON TRANSFUSÉES SONT RETOURNÉES A L’EFS AVEC LA BOITE D’URGENCE VITALE EN MOINS D’UNE HEURE, ELLES PEUVENT ÊTRE RÉINTÉGRÉES AU STOCK.

Les cartes de contrôle pré-transfusionnel sont gardées 24 heures dans le dossier du patient puis jetées.

- La levée d’identité est effectuée par le service recevant le patient, en dehors du contexte de l’urgence, selon la procédure habituelle

Haut de page

5-7- Le dossier transfusionnel :

- Le dossier transfusionnel est crée dans le service d’hospitalisation recevant le patient.

En cas de décès, le dossier est crée au déchocage par le secrétariat de réanimation médicale.

- A la réception du bon de prescription de la transfusion en urgence vitale, l’EFS vérifie la traçabilité des PSL, édite une fiche de distribution nominative.

A la fin de la procédure, l’EFS avertit l’IDE d’hémovigilance (BIP 230 ou répondeur 30-69) qui :

récupère le bon de prescription et vérifie la traçabilité des PSL
retourne la fiche de distribution nominative avec le bon de prescription dans le dossier transfusionnel du patient
archive un exemplaire de ces documents à l’unité d’hémovigilance.

Haut de page

5-8 – Rôle de l’unité d’hémovigilance :

L’unité d’hémovigilance contrôle a posteriori le bon déroulement de la procédure, analyse les dysfonctionnements, met en place des mesures correctives si besoin, en collaboration avec les différents partenaires de l’ES et l’EFS, archive chaque urgence vitale.

L’unité d’hémovigilance réalise un rapport annuel qu’elle présente au CSTH.

Haut de page

6 – ANNEXES :

Algorythme de la transfusion en urgence vitale

7 – RÉFÉRENCES

Circulaire DGS 3B/552 du 17 mai 1985 relative à la prévention des accidents transfusionnels et des accidents d’allo-immunisation.

Arrêté du 04 août 1994 portant homologation du règlement de l’Agence Française du Sang relatif aux bonnes pratiques de distribution et pris en application de l’article L 668-3 du Code de Santé Publique.
Directive technique n°2 de l’Agence Française du Sang du 8 décembre 1994 relative à la traçabilité des produits sanguins labiles prise en application des articles R 666-12-11 et R 666-12-13 du Code de Santé Publique.
AFSSAPS 2002 Août : Transfusion de globules rouges homologues – Recommandations

Pages 9 - 10

Annexes III - Pages 27 - 28

8 – LEXIQUE

PSL : produits sanguins labiles
EFS :
établissement français du sang
SAU :
service accueil urgence
IDE :
infirmière diplômée d’état
RAI : recherche d’agglutinines irrégulière
CHRA : Centre Hospitalier de la Région Annécienne